Cristal de Murano - Vase tulipe en verre

Murano – Verre et Cristal

3 juin 2020 0 Par HervLev12!

Histoire du verre et du cristal de Murano

petit plat - Cendrier en verre de Murano aux tons bleus avec inclusion de feuilles d'or et d'argent - www.boutiquestgermain.com
Plat – Cendrier – San Remo

Murano – Verre et Cristal : Les origines

Murano – Verre et Cristal : Les origines de la verrerie à Venise remontent à l’époque de l’Empire romain, lorsque le verre moulé en forme de bulles était utilisé pour l’éclairage des bains publics. En combinant l’expérience romaine avec les compétences acquises dans l’Empire byzantin et le commerce avec l’Orient, Venise est devenue un centre de fabrication de verre de premier plan dès le 8e siècle. L’un des premiers fours pour le verre sur une île vénitienne, datant du 8e siècle, a été découvert par des archéologues en 1960.

À la fin des années 1200, la production d’objets en verre de haute qualité était la principale industrie de la ville, comme le confirme la création de la Guilde des verriers qui a établi des règles et des règlements pour les artisans et maître verrier. L’objectif de la guilde était de sauvegarder les secrets du métier et d’assurer la rentabilité de l’industrie. Conformément à ces objectifs, une loi de 1271 a interdit l’importation de verre étranger ou l’emploi de verriers étrangers.

Une loi encore plus radicale a été adoptée en 1291, qui a jeté les bases de l’établissement de Murano en tant que premier centre de fabrication de verre. Cette loi exigeait que tous les fours utilisés pour la fabrication du verre soient déplacés de Venise à Murano afin d’éviter que le risque d’incendie des fours ne se propage aux structures en grande partie en bois d’une Venise surpeuplée.

De nombreux historiens s’accordent à dire que le véritable motif de cette loi était d’isoler les artisans du verre dans un endroit où ils ne pourraient pas divulguer de secrets commerciaux. Une loi ultérieure, adoptée en 1295, interdisant aux verriers de quitter la ville, confirme cette théorie.

Les artisans et ouvrier travaillant dans le commerce du verre ont été bien récompensés pour leurs efforts. Ils avaient un statut social privilégié, et leurs filles étaient autorisées à se marier dans les familles vénitiennes les plus riches et les plus nobles. En appliquant cette approche intelligente, le gouvernement vénitien s’est assuré que les verriers encourageaient leurs enfants à poursuivre le métier, et que les secrets commerciaux restaient dans les familles et alimentaient les processus créatifs menant à l’innovation et à d’autres succès. Cette situation, associée à la position privilégiée de Venise au carrefour des échanges entre l’Orient et l’Occident, a conféré à Venise un pouvoir monopolistique dans la fabrication et la vente de verre fait main de qualité dans toute l’Europe, qui a duré pendant des siècles.

Un joli vase rouge en verre soufflé de Murano / Italie
Vase en Verre – Anfora Piccolo

Les XVe et XVIe siècles et la pleine floraison de la verrerie

Murano – Verre et Cristal: Le verre vénitien a atteint le sommet de sa popularité aux XVe et XVIe siècles. Au XVe siècle, le maître Angelo Barovier a découvert le procédé de fabrication du verre clair – (cristallo) – qui a permis aux verriers de Murano de devenir les seuls producteurs de miroirs en Europe. En outre, la popularité de la porcelaine chinoise auprès de la noblesse européenne a alimenté la découverte et la production du verre blanc imitant la porcelaine (lattimo).

Murano était alors LE centre de production d’objet fabriqué en verre dont les plus prisés étaient les verres, pendentifs, vitraux, coupes, flacon, sculptures, flûte, boules, lampes, gobelets, carafe, perles en verre, presse papier en verre, vase en verre, boule en verre, lustres, ornement , boucles d’oreilles et autres bijou.

Les artistes verrier, artisans verrier, souffleurs de verre, sculpteurs et décorateurs de Murano étaient mondialement reconnus. Ils maitrisaient parfaitement la fusion de la silice, la pâte de verre, le verre en fusion, le cristal taillé, les cristaux et l’incorporation au verre en fusion d’oxydes métalliques ainsi que la décoration des objets en verre avec du bronze, du la céramique, du plomb, du laiton, etc. ce qui donnaient des pièces uniques et a ainsi vu la montée en puissance des métiers du verre, de la verrerie artisanale, des cristalleries et de la verrerie d’art qui travaillaient conjointement avec les orfèvreries. La valorisation des métiers d’art a permis l’entrée d’articles en verre et des objets de décoration sortis d’un atelier de verre d’entrer au musée des arts décoratifs et autres galeries et musée du verre et musée des arts.

D’autres types de techniques de travail du verre sont devenus populaires, comme le verre émaillé et doré, qui est originaire du Moyen-Orient, le verre filigrané, qui est fabriqué à l’aide de tiges de verre dont les fils intérieurs de verre blanc, doré ou coloré sont tordus ou se croisent, et le verre à glace qui semble finement craquelé, ainsi que le verre laqué, satiné, taillé, aux teintes colorés, opaques ou transparentes. La variété des formes et des couleurs s’est accrue, et la verrerie est devenue plus sophistiquée avec les verre fondu, verre fusionné, le verre coulé, verre filé, verre soufflé à la bouche, etc., bien que la beauté soit toujours considérée comme la simplicité des formes et des ornements.

DZ129E - Vase en Verre - Macchie - www.boutiquestgermain.com
Vase en Verre – Macchie

Le XVIIe siècle et le lent déclin du verre vénitien

Murano – Verre et Cristal : À partir du XVIIe siècle, le verre de Murano est entré dans une période de déclin progressif. Le pouvoir vénitien sur les routes commerciales et son importance en tant que centre de commerce majeur ont commencé à s’effacer, tout comme son pouvoir monopolistique dans la fabrication du verre. De nouveaux centres de l’artisanat sont apparus en Bohême, en Angleterre et en France. Pourtant, le XVIIe siècle a vu l’innovation dans le verre de Murano, de nouvelles techniques continuant d’émerger sous l’impulsion des fortes tendances baroques qui se sont répandues dans l’architecture, la peinture, la décoration intérieure et d’autres formes d’art et d’artisanat en Europe.

Des décorations en verre complexes et aux couleurs vives, avec des motifs floraux et animaux, sont devenues populaires. Parmi les nouvelles techniques du verre, on trouve l’avventurine (mouchetures de métal incrustées dans le verre pour un aspect étincelant) et le calcedonio (illusion de pierres semi-précieuses), des décorations en relief sur le verre et des perles de millefiori. Ces nouvelles techniques ont connu un tel succès que même les cours royales ont commandé des objets en verre aux artisans de Murano. Le roi Frédéric IV du Danemark en est un exemple : au début du XVIIe siècle, il a acheté une collection de verre qui est actuellement exposée au palais de Rosenborg à Copenhague.

Coupe en Cristal de Murano - Italia - Authentique - www.boutiquestgermain.com
Coupe – Bossanova – 8cm
XVIIIe et XIXe siècles – La chute et l’ascension

Murano – Verre et Cristal : Au XVIIIe siècle, le déclin se poursuit et est aggravé par la dégradation du climat politique et la concurrence accrue des verriers de Bohême et de France. De nouvelles techniques ont été introduites, telles que la gravure sur verre et sur miroir, mais elles n’ont pas eu d’impact visible. L’industrie se réduit considérablement avec la conquête de Venise par Napoléon en 1797 et l’abolition de toutes les guildes de Venise, y compris celle des verriers.

En 1814, le transfert de Venise de la France à l’empire des Habsbourg a signifié la condamnation à mort de la verrerie de Murano, car les dirigeants des Habsbourg préféraient leur centre de verrerie d’origine en Bohême et ont adopté des lois rendant prohibitif le coût de l’importation des matières premières nécessaires à Murano et de l’exportation du produit final. En conséquence, près de la moitié des 24 fours qui existaient à Murano en 1800 ont fermé en 1820, et seuls 5 fours ont continué à produire du verre soufflé.

Il y a ainsi eu la montée en puissance du cristal de bohème, de la cristallerie royale de champagne, de la cristallerie de lorraine, du cristal saint louis, etc. Cependant, contre toute attente, l’industrie n’a pas complètement disparu, elle a été maintenue en vie grâce au dévouement personnel des artisans à leur métier séculaire et au travail acharné de leur père qui a rendu le verre de Murano célèbre dans le monde entier.

La percée a eu lieu en 1854, lorsque six frères Toso ont ouvert la société Fratelli Toso, qui produisait initialement des articles ménagers en verre et des vitres de fenêtres, mais qui s’est ensuite tournée vers la renaissance de techniques oubliées du passé. Cinq ans plus tard, Antonio Salviati est venu de Vicence à Venise où il a exercé le droit pour ouvrir une usine dédiée à la production de verre de Murano traditionnel. Il a vu une opportunité de faire revivre l’artisanat en produisant des carreaux qui pourraient être utilisés pour restaurer les anciennes mosaïques vénitiennes, et il a engagé les meilleurs maîtres de Murano pour travailler dans son usine. L’un de ses souffleurs de verre, Lorenzo Radi, a passé beaucoup de temps pendant la domination autrichienne à redécouvrir les anciennes méthodes et techniques utilisées pour créer les anciennes mosaïques vénitiennes.

Le plan de Salviati a fonctionné, et les autorités vénitiennes ont rapidement signé un contrat de quinze ans avec son entreprise pour la restauration des mosaïques de la basilique Saint-Marc. À peu près à la même époque, en 1861, le maire de Venise, Antonio Colleoni, et l’abbé Vincenzo Zanetti ont décidé de constituer des archives consacrées à l’histoire de Venise, contenant non seulement divers écrits mais aussi des objets d’art produits dans la ville. Le rassemblement des objets pour les archives a suscité un regain d’intérêt pour l’histoire de Venise, sa gloire passée et ses célèbres métiers, dont la verrerie. Cela a incité les fonctionnaires à créer une école pour les verriers où ils ont pu réapprendre les techniques et les secrets oubliés de la fabrication du verre ancien et les techniques pour travailler le verre et la pâte de verre.

Le point culminant de la renaissance du soufflage de verre de Murano a été l’exposition mise en place par les Archives en 1864 pour présenter toutes les œuvres de verre récentes et raviver l’esprit de compétition parmi les artisans. D’autres expositions internationales ont suivi, comme l’Exposition universelle de Paris en 1867, qui a remporté un grand succès et où Salviati a exposé plus de 500 œuvres de sa firme et a reçu une reconnaissance internationale et de nombreuses médailles. Ce succès et cette publicité ont entraîné une renaissance complète de Murano, qui est redevenue un centre économique en plein essor, employant 3 500 personnes en 1869, et une destination célèbre.

vase original en cristal de Murano
Cristal de Murano
Vase Circle – 16cm
20e siècle – Nouvelle identité et art du verre de Murano

Murano – Verre et Cristal : Au début du XXe siècle, les maîtres verriers de Murano s’attachaient encore à reproduire les styles classiques et à redécouvrir les techniques anciennes, comme en témoigne l’exposition de verre et d’objets en verre de Murano et Venise, organisée en 1895 à l’intérieur de l’hôtel de ville de Murano. Les règles de l’exposition dictaient que les œuvres présentées soient des reproductions de verreries anciennes. Cet événement important a été bien fréquenté par les collectionneurs internationaux et les admirateurs du verre qui ont beaucoup apprécié les œuvres enracinées dans la tradition unique de Murano.

Les meilleures œuvres des artistes de Murano étaient exposées ; beaucoup étaient le fruit d’une importante technique de fabrication du verre appelée Murrino (mosaïque), qui a été redécouverte à la fin du XIXe siècle par Vittorio Zuffi alors qu’il travaillait pour Fratelli Toso. Cette technique est apparue au XVIe siècle dans le but d’imiter les anciens vases romains. La célèbre entreprise Artisti Barovier de Murano a reçu le diplôme honorifique et la médaille d’or. D’autres artistes jouissant d’une grande popularité à Murano à l’époque étaient Salviati, Testolini et les frères Toso (Fratelli Toso).

L’année 1895 est également celle de la première exposition de la Biennale de Venise où sont présentées de nouvelles œuvres d’art dans les styles de l’avant-garde et de l’art nouveau. Cette exposition a mis en évidence le fossé entre les tendances modernes qui se renforçaient à l’époque en Europe et les œuvres des artisans de Murano qui étaient profondément attachés aux styles et aux méthodes du passé. Ce fossé est devenu encore plus évident lors de l’Exposition universelle de Paris en 1900, suivie des Expositions des arts décoratifs de Turin en 1902 et de Milan en 1906. Certains artisans de Murano, comme Vittorio Toso Borella, sont devenus réceptifs aux vents nouveaux qui soufflaient sur la scène artistique et ont commencé à produire des œuvres d’un style nouveau. Bien que les critiques des œuvres qu’il expose à Ca’ Pesaro en 1909 soient d’abord mitigées, Vittorio réalise des chefs-d’œuvre qui sont ensuite universellement appréciés. À la différence de la Biennale de Venise, Ca’ Pesaro est devenue une exposition embrassant les nouvelles tendances artistiques et présentant de nombreuses œuvres de style art nouveau de jeunes artistes tels que Gino Rossi, Arturo Martini et Guido Marussig. L’un des artistes, Vittorio Zecchin, a largement collaboré avec Artisti Barovier pour créer des dessins pour leur célèbre verrerie.

Dans les années 1920, l’art nouveau a été lentement remplacé par des styles plus modernes avec des designs plus simples, plus propres et plus fonctionnels. L’Art déco a pris le devant de la scène et a donné naissance à des objets moins décorés aux lignes plus douces et à une plus grande attention portée à la verrerie en tant qu’élément de la décoration intérieure et non en tant qu’œuvre d’art en soi. Une nouvelle société, Vetri Soffiati Muranesi Capellin Venini, fondée en 1921 sous la direction de Vittorio Zecchin, en tant que designer en chef, est devenue le champion de ce style.

Un peu plus tard, à la fin des années 20 et au début des années 30, une autre tendance importante s’est fait jour à Murano, sous la direction de Maestri Vetrai Muranesi Capellin & Co. et de Vetreria Artistica Barovier. La tendance était aux animaux en verre, qui restent populaires encore aujourd’hui. D’autres innovations importantes défendues dans les années 1930 et poursuivies au début des années 1940 sont la production de statues en verre de nus féminins et de figures classiques de boxeurs et de dieux, la gravure sur verre, les luminaires modernes, la vaisselle de table en verre transparent parfaitement proportionnée, et l’invention du vetro sommerso, une technique permettant de produire de la verrerie épaisse avec une couleur à l’extérieur et une autre à l’intérieur.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’industrie n’a pas prospéré, mais dès la fin de la guerre, les maîtres verriers de Murano sont revenus à leur art et ont créé des pièces profondément ancrées dans les tendances de l’époque en matière de décoration intérieure, en mettant l’accent sur le minimalisme, la fonctionnalité et la simplicité. Pour soutenir ces tendances, les artistes et les artisans de Murano sont revenus aux techniques du passé telles que le filigrane, le murrino et le lattimo. À partir de ce moment, Murano a continué à explorer les styles et les techniques, s’efforçant de trouver un juste milieu entre la maîtrise technique et le contour, la couleur et la décoration.

Murano – Verre et Cristal : L’innovation continue qui en a résulté a conduit à une augmentation de la popularité et à de multiples prix dans diverses expositions d’art internationales. Grâce à des artistes de renom tels qu’Archimede Seguso, Ludovico et Laura De Santillana, Tobia Scarpa, Ercole Barovier, Fulvio Bianconi, Toni Zuccheri, Romano Chrivi, Giampaolo Martinuzzi et Alfredo Barbini, Murano est redevenue la capitale mondiale du verre soufflé. Murano crée désormais les tendances artistiques au lieu de les suivre dans les années passées.